Marche œcuménique pour la paix à Lyon du samedi 21 mai 2016

 

Pax Christi, mouvement catholique pacifiste, organise depuis quelques années une marche pour la paix à Lyon. Cette année le thème choisi était celui de la résistance.

C'est assez naturellement que ses membres se sont tournés vers les protestants en pensant à des personnes comme le pasteur baptiste Martin Luther King.

 

Le pôle lyonnais de la Fédération protestante de France, avec beaucoup d’enthousiasme, s'est joint à l'organisation de cet événement, occasion pour tous de faire quelques pas dans l’Histoire lyonnaise.

 

La marche est partie du Centre d'Histoire de la Résistance et de la Déportation après une intervention du père Christian Delorme sur le thème de la résistance aujourd'hui. Elle s'est ensuite dirigée vers le buste de Martin Luther King qui est venu à Lyon il y a 60 ans. Robert Vial et Michel Chomarat, témoins de ce moment, ont pu évoquer leurs souvenirs. Ils ont apprécié le clin d’œil de l'Histoire : c'est à côté du lieu où Martin Luther King s'est exprimé que le mouvement protestataire et pacifiste "Nuit debout" tenait ses réunions. Le pasteur John Wilson a ensuite présenté le baptisme aujourd'hui en France avant de conduire l'assemblée dans un moment de prière.

 

La marche s'est ensuite rendue au temple de la rue Lanterne pour évoquer la figure du pasteur Roland de Pury qui s'est opposé publiquement à la collaboration dès le 14 juillet 1940 dans une prédication restée célèbre. Il a ensuite organisé le sauvetage de nombreux juifs avec l'aide de ses paroissiens. Il a été arrêté le 13 mai 1943 alors qu'il s'apprêtait à célébrer le culte. Ses fils Pascal et Blaise étaient là pour accueillir les marcheurs. L'étape ne devait durer qu'un instant mais le temps s'est suspendu ; l'atmosphère était chargée de l'émotion de ses deux fils, derniers témoins de cette époque, évoquant leur père. L'auditoire a écouté longuement ces souvenirs d'enfants qui ont eu du mal à comprendre que leur père soit considéré comme un héros. Pour eux, leur père s'était simplement comporté à cette époque comme à son habitude, de manière courageuse et juste.

 

La marche s'est ensuite dirigée vers le Monument des Droits de l'Homme au Parc de la Tête d'Or pour un pique-nique partagé, après un passage à l'espace Gandhi et l'intervention de Marielle Colombe sur l'attitude résistante du Mahatma.

 

Puis le groupe s'est séparé ; la foule n'était pas nombreuse mais venait de lieux différents, catholiques et protestants mélangés. L'idée de recommencer l'année prochaine était dans toutes les têtes, chacun s'engageant à porter le message auprès de sa paroisse. Ce jour-là à Lyon, c'était peut-être le début d'une nouvelle tradition œcuménique.