Le 11 février, il y avait une réunion GdJ spéciale, car j'ai reçu des visiteurs de la Norvège et de l'organisation où je travaille, la NMS- Société de mission norvégienne. Ensemble, nous étions 8 : moi, Jakop (qui travaille au Grand Temple à Lyon), Kristian (mon chef), Johanne (stagiaire l'an dernier à Monod), Tor Eivind (qui travaille en Estonie sur les mêmes choses que moi), Anders Emil, Marianne et Arve (qui travaille à NMS aussi)

 

Un échange vraiment magnifique ! La soirée avait pour thème : NMS. Donc, c'était nous qui avions préparé ce que nous avons fait. Nous avions prévu une présentation de NMS et de la Norvège, une chanson norvégienne (Hvem er jungelens konge ?) et américaine (Lord I lift your name on high), et enfin le jeu « des chaises musicales ».

 

On était tous contents de découvrir ensemble les similitudes et les différences entre notre culture et nos pays. La soirée était finie par une prière ensemble. J'espère que nous pouvons continuer cette collaboration plus en avant.

 

Merci à tous ceux qui ont participé !

 

Maria (qui ne savait pas un mot de français il y a 6 mois ! )

 

 

Depuis 2 ans, l’Église Protestante Unie, accueille des jeunes de la NMS, qui est une organisation rattachée à l'église Luthérienne de Norvège.

 

Qu'est ce qui les motive à quitter leur pays pendant un an ?

 

La motivation, c'était premièrement un défi pour moi-même. Avant cette année je n'avais pas travaillé avec la jeunesse dans l'église. Donc, j'ai eu envie de voir si c'était quelque chose que j'aime et peut-être continuer après l'année passée à Lyon.

 

Deuxièmement, je voulais grandir dans ma foi en Jésus et Dieu. Avant, je n’avais pas pris le temps pour par exemple lire la bible ou participer dans un groupe d’étude biblique régulièrement. Alors, la motivation était aussi de devenir plus forte dans ma foi.

 

Enfin, j’étais vraiment intéressée par la langue et la culture française. J'ai suivi des cours de français à l'école pendant 5 ans avant de venir ici, mais il n’y avait pas beaucoup des choses qui restait dans ma tête. Donc, pour moi c’est une vraie chance maintenant de comprendre cette culture et aussi d’apprendre le français correctement.